L'annuaire français du rachat de crédit
Accueil

Rechercher un courtier

  • Par région
  • Ou par département
  • Ou par code postal
  • Rechercher
Afficher toutes les sociétés de rachats de crédits de Paris : cliquez-ici
Infos pratiques

Les critères de rejet d'une demande de rachat de crédit

 

Une simulation rachat de crédits et un accord de principe n'engagent nullement les organismes de rachat de crédits. Ces prémisses ne se basent que sur des données chiffrées. Elles permettent rapidement de situer le client et de voir si sa situation correspond aux critères généraux d'acceptation. Mais une étude plus détaillée peut amener à un refus dont les motivations restent floues.

En effet, rares sont les organismes qui prennent le temps de justifier leur refus. Leurs critères restent abscons. Aussi, un client peut se voir refuser un rachat prêt par plusieurs organismes avant de trouver le bon, car leurs critères diffèrent. Il est donc fortement conseillé de faire jouer la concurrence.

Les critères de refus peuvent ainsi être divers et dépendent largement des critères de risques fixés par les sociétés. Bien que ces derniers divergent, il est possible d'effectuer un rapide tour d'horizon des freins à l'acceptation d'un rachat prêt.

L'EMPLOI ET LE REVENU

Les emplois en CDI sont valorisés par les sociétés de rachat de crédits comme par les sociétés de crédits en général. Les postes de fonctionnaires seront plus valorisés, car considérés comme plus sûrs. De même, le niveau de revenu sera pris en considération. En effet, même si un client possède un revenu important, qui d'un prime abord aurait pu lui assurer l'octroi d'un rachat de crédits, sa situation familiale conduira peut-être l'organisme à revoir sa position. L'organisme calculera en effet le revenu restant, une fois toutes les charges payées et considérera le cas échéant si cela est suffisant ou non pour la famille.

Si les revenus du foyers évoluent, le client pourra à nouveau demander une évaluation de sa situation.

LES PROBLÈMES DE SANTÉ

Lors d'un rachat de crédit, le client devra contracter une nouvelle assurance crédit. Cette dernière nécessite de remplir un questionnaire de santé. Les organismes ne peuvent pas refuser le prêt pour des raisons de santé, mais ils peuvent refuser le prêt pour défaut d'assurance lorsque ces dernières rejettent les dossiers des clients malades. Il faut savoir qu'il existe désormais des obligations en la matière (Convention AREAS) et que le client n'est pas contraint de choisir l'assurance proposée par l'organisme. Il peut ainsi faire jouer la concurrence.

LE FICP ET LES INCIDENTS DE PAIEMENT

L'organisme créditeur vérifiera si le client a été fiché au FICP. Si tel est le cas, le rachat de crédits pourra lui être refusé. Néanmoins, si le client est propriétaire et qu'il met en hypothèque son bien, il pourra voir son dossier accepté. Les individus qui ne sont pas propriétaires pourront quant à eux solliciter une caution hypothécaire auprès de leurs proches.

Mais, l'organisme ne s'intéressera pas simplement au FICP. Il demandera également les relevés bancaires des trois derniers mois. Si des incidents de paiements sont constatés, certaines sociétés pourront refuser le prêt. Enfin, certains organismes sont des filiales de groupes bancaires qui ont conservé des données en interne sur les incidents de paiements. Cela peut induire des refus.

Aussi, quelques critères peuvent induire des refus. Néanmoins, chaque organisme admet ses propres barèmes et ce qui peut paraître acceptable pour une société, pourra constituer un motif de refus pour une autre. C'est pourquoi, il est conseillé de faire jouer la concurrence.

Pour plus d'informations

Consulter l'article dédié au FICP

Aurore

Informations légales Plan du site Carte de France